Une marotte tardive : les levers archéologiques

En ouvrant cette page, il ne faudrait pas imaginer que je sois un archéologue ! Si j’ai participé à une quinzaine de missions archéologiques, c’est en tant que topographe, la plupart du temps à titre bénévole. Cela ne m’a pas empêché de me piquer au jeu et à certaines occasions, de me livrer à des études que me permettaient ma qualité de spéléologue, mes connaissances en géomorphologie, ou toutes les données issues des mesures et plans effectués.

medain

Ma première mission archéologique se fit en 2000, en tant que professionnel. Jean Borel en poste à l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient) d’Amman recherchait un topographe spéléologue pour faire les levers dans les cavités d’Iraq el Amir, près d’Amman et dans une grotte découverte dans le site de Jarash. J’étais encore en activité et mon intervention fut rémunérée normalement.

En 2003, libéré de toute contrainte professionnelle, je me mis en recherche de missions ayant besoin d’un topographe. C’est ainsi que je partais deux mois en Syrie, à Er-Rawda, non loin de Homs ; c’était une mission dirigée par Corinne Castel. Plusieurs autres interventions allaient suivre dans ce pays exceptionnel, point de convergence et de rencontre de plusieurs civilisations. C’est ainsi que je revenais à Qal’at el Mudiqs près d’Apamée avec Mathilde Gelin, à Shaara, Bosra, Chahba avec Jean-Marie Dentzer et enfin à Tell en-Nasriyeh et Medaïn Salih, près de Hama, avec Dominique Parayre. C’était juste avant que le pays ne bascule dans une douloureuse guerre civile.

En novembre-décembre 2003, je partais aussi en Arabie saoudite sur l’extraordinaire site nabatéen de Medaïn Salih. Jusqu’en 2010, j’y participais à une série de cinq missions toutes dirigées par la très compétente Laïla Nehme. En 2005, j’y effectuais une étude très intéressante sur l’ensemble des puits creusés sur le site par les Nabatéens ; cette étude m’amenait à acquérir des bonnes connaissances en hydrogéologie. Je retournais en Arabie en novembre 2012 dans une mission dirigée par Guillaume Charloux, lequel avait demandé trois spéléologues à la Fédération Française de Spéléologie pour explorer les puits et qanâts de l’oasis de Dumât al-Jandal.

En Egypte, je fis en 2005 une courte mission à Kom el Guiza, dans le delta du Nil. Elle était dirigée par Ralph Rosenbauer de l’université de Göttingen et avait pour objet de faire de la prospection géomagnétique en vue de découvrir des villes ensevelies.

Enfin, en 2006, je partais six mois dans les terres australes, dans la mission d’archéologie moderne Archaeobs dirigée par Jean-François Le Mouel. Nous passions un mois dans l’Ile Crozet pour étudier et sauvegarder un fondoir à graisse de baleine du XIXe siècle, puis nous allions ensuite à Kerguelen pour étudier le site occupé par les Britanniques, puis les Allemands et les Français en Baie de l’Observatoire. Elle fut l’occasion de ma plus longue étude.

Dossiers

Les puits et qanâts de Dûmat al-Jandal (Arabie saoudite)
Les trois spéléologues participent à une mission archéologique dans le nord de l'Arabie et doivent étudier les puits et qanâts liés à l'occupation humaine des lieux. Mots-clefs : qanâts.

Une grotte musée : Mgharet ech-Chaq (Liban)
Au cours d'une mission archéologique au nord-Liban, l'équipe de l'auteur a été invitée à visiter une grotte surprenante que son propriétaire avait aménagé en musée éducatif. C'est l'occasion de faire le tour de toutes les petites cavités environnantes.

Aérage des puits
L'aérage, c'est-à-dire le renouvellement de l'air des puits à eau au cours de leur creusement s'est surtout posé à partir de l'époque de l'emploi de la poudre au cours des travaux. Cette étude se trouve aussi en annexe des puits de la citadelle de Besançon et du Fort de Joux, dans l'onglet spéléologie.

Archaeobs Kerguelen
Ce document retrace les fouilles d'archéologie moderne qui se sont faites en Baie de l'Observatoire (2006-2007)dans l’archipel de Kerguelen.Depuis 1874, ce site avait été occupé par des Britannique pour observer le transit de Vénus sur le soleil, puis par des Allemands pour étudier le magnétisme terrestre puis par des Français pour un essai d’élevage des moutons.

Le chaudron de Crozet
En novembre 2006, une mission d'archéologie moderne dirigée par J.F. Le Mouël et regroupant quatre personne s'est employée à sauver un fondoir à graisse de baleines du début du XIXe siècle.Ces lignes en sont le témoignage non officiel.

Géologie prieuré Ste-Victoire
Il s'agit d'une esquisse géologique de la formation du site où s'est bâti le prieuré de Sainte-Victoire. Un effondrement sur la crête, du à une zone de fracturation a paru propice à ceux qui ont étébli la première chapelle au XIIe siècle.

Qal'at el-Mudiq, étude géomorphologique préliminaire
En 2004, un lever topographique détaillé de la muraille de la forteresse de Qal'at el-Mudiq (Syrie)était entrepris en vue de sa restauration et consolidation. Au cours des levers, je me suis livré à l'étude géomorphologique du site. Mots-clefs : Tell, graben, faille.

Mar Moussa el Habachi
80 km au nord de Damas, dans le désert, se trouve un extraordinaire monastère dont les murs de l'église sont ornés de peintures remarquables dont les plus anciennes datent du XIe siècle.

Mithraeum de Shâ'ara
Au sud du village actuel de Shâ'ara, bien implantées sur les hauteurs basaltiques, s'étendent les ruines d'un village plus ancien, protégé par une longue enceinte, et entièrement construit en pierres taillées de basalte. Ces ruines correspondent à une longue occupation humaine depuis l'époque romano-byzantine.

Recherches à Medaïn Salih (Hegra)
En 2005, au cours de l'une de mes cinq interventions sur le site, j'ai fait l'étude des puits nabatéens de l'ancienne Hegra qui a fait l'objet d'une publication importante. Par respect pour l'éditeur, je ne reprends que quelques éléments publiés avant cette publication.

Quid Notre-Dame du trou
Sur les pentes sud de la montagne Sainte-Victoire, la chapelle du Trou est une énigme. Nous l'avions décrit dans les chapelles rupestres de Sainte-Victoire. Mais en poussant nos observations et nos études, on s'aperçoit que beaucoup de questions se posent sur son origine, son histoire et le choix de son emplacement. Ce dossier figure aussi dans les sites rupestres.

Forteresse de Rougon
La forteresse de Rougon est bâtie sur un piton rocheux vertigineux qui domine le village. Elle offre un point de vue exceptionnel sur les gorges du Verdon. L'auteur tente une étude historique sur ce site exceptionnel.

Le tunnel du Rove
A l'ambitieux projet du canal du Rhône au Rhin, s'est ajouté au XXe siècle la jonction du Rhône à Marseille, nécessitant entre autre le creusement d'un tunnel de 7 km. Ce tunnel non rentable fut abandonné en 1963, suite à un effondrement de la voûte.

Tunnel de la Traversette
Suite à une étude sur la technique du creusement du rocher à la poudre, l'auteur est allé voir le tunnel de la Traversette, premier tunnel alpin, creusé à la fin du XVe siècle. Il n'y aucune trace du creusement à la poudre.

Brèche du Troncas
Au bord du plateau du Cengle, au sud de Sainte-Victoire, une tranchée a été creusée, peut-être par les templier, pour évacuer l'eau d'une zone marécageuse. L'auteur est allé l'étudier.

Villevieille de Ganagobie
Point de vue d'un non archéologue sur les hypothèses émises lors de fouilles d'un site méconnu.